Archives mensuelles : mars 2018

En visite au Musée Rabelais

La Devinière est la maison natale de l’écrivain humaniste François Rabelais. C’est donc à cet endroit que s’est installé le Musée Rabelais en 1948.

Cette maison des champs est une métairie du chinonais.

Elle se compose d’un logis bourgeois du XVIème siècle meublé, d’un pigeonnier et de plusieurs dépendances. Elles hébergent le Musée, qui propose un parcours muséographique retraçant la vie de l’écrivain et de ses célèbres géants, l’accueil et un espace dans lequel ont lieu les ateliers.

De vastes caves ressemblant à un labyrinthe se cachent sous le logis et invitent les visiteurs à une promenade insolite. Enfin, de magnifiques jardins complètent la propriété. Lieux de déambulation et de rêverie, ils ont servi de modèles à certains lieux des aventures gargantuesques.

Le Musée Rabelais propose un carnet de jeux de découverte du domaine La Devinière. Il permet de parcourir les différents lieux de la métairie au rythme de l’enfant et en famille. Le carnet s’appuie sur le personnage Gargantua et permet une première rencontre avec le géant rabelaisien.

Des ateliers sont également proposés. Nous avons testé un atelier « divination » en lien avec l’exposition temporaire évoquant une confrontation imaginaire entre Nostradamus et Rabelais. Dès l’arrivée au Musée, l’enfant est accueilli avec une petite énigme l’invitant à se rendre sur le lieu de l’atelier.

Ce premier contact est une invitation à entendre et apprécier la langue de la Renaissance et à poursuivre la visite. Après avoir trouvé le lieu secret, les enfants se déguisent pour l’occasion.

Un médiateur accompagne ensuite le groupe d’enfants visiter la maison natale de Rabelais, égrenant au fur et à mesure anecdotes et histoires racontant la vie de Rabelais et de son géant. Enfin, les enfants réalisent l’activité de l’atelier. On les croise alors dans les jardins, tels des petits magiciens, créer et imaginer dans un cadre champêtre magnifique.

Pendant cet atelier, les parents peuvent au choix visiter le domaine librement ou suivre une visite guidée pour les adultes, idéalement programmée pendant l’atelier.

D’autres manifestations sont organisées dans l’année pour accueillir les enfants et les familles. Visiter le Musée Rabelais est une aventure passionnante permettant d’éveiller la curiosité des petits visiteurs pour la saga des géants rabelaisiens et pour une première imprégnation de la langue de la Renaissance.

 

Le Musée Rabelais est un Musée Joyeux !

Informations pratiques

Musée Rabelais – La Devinière – 37500 SEUILLY

33 (0)2 47 95 91 18 – museerabelais@departement-touraine.fr

Ouvert toute l’année

1er avril – 30 juin : 10h-12h30 – 14h-18h

1er juillet – 31 août : 10h-19h

1er sept. – 30 sept. : 10h-12h30 – 14h-18h

1er oct.- 31 mars : 10h-12h30 – 14h-17h (fermé les mardis, 25/12 et 01/01)

Tarifs

Plein tarif : 6.00 €

Tarif réduit (dont jeunes 7/18 ans, familles nombreuses…) : 5.00 €

Gratuit pour les moins de 7 ans.

Entrez dans le roman ! Musée Rabelais

Figure centrale de l’humanisme du XVème siècle et de la Renaissance française, François Rabelais est né et a grandi en chinonais. Ce coin de Touraine l’a profondément marqué au point d’en faire le lieu de son plus célèbre roman : Gargantua.

Le musée Rabelais, musée insolite situé dans une métairie/ferme au milieu des champs, invite le petit visiteur replonger dans l’ambiance de l’époque. Un parcours muséographique présente la vie de l’écrivain et ses célèbres géants et des espaces singuliers comme les grandes caves, les vignes ou le potager médiéval prolongent la visite.

Un livret-jeu entièrement refondu (à partir de juin 2018) emmène toute l’année les jeunes visiteurs à la suite de Gargantua. Les vacances scolaires sont l’occasion de venir écouter Les p’tites histoires d’un géant, de participer à l’atelier dessin Portraits à croquer pour imaginer la tête de Rabelais ou de suivre la visite ludique des Mardis en géants.

Puis la visite peut se poursuivre en s’immergeant dans le paysage du roman sur le sentier de randonnée qui emmène dans les pas de Gargantua.

Informations pratiques :

Musée Rabelais – La Devinière

La Devinière, 37500 SEUILLY

Tél : +33 (0)2 47 95 91 18– museerabelais@departement-touraine.fr

Retrouvez sur le site internet toute l’actualité et la programmation destinée aux familles !

Ouvert toute l’année

1er avril – 30 juin : 10h-12h30 – 14h-18h

1er juillet – 31 août : 10h-19h

1er sept. – 30 sept. : 10h-12h30 – 14h-18h

1er oct.- 31 mars : 10h-12h30 – 14h-17h (fermé les mardis, 25/12 et 01/01)

Plein tarif : 6.00 €

Tarif réduit (dont jeunes 7/18 ans, familles nombreuses…) : 5.00 €

Gratuit pour les moins de 7 ans.

Le Musée Rabelais est un Musée Joyeux !

En visite au Prieuré Saint Cosme avec Ronsard

Le Prieuré Saint Cosme fut bâti au XIè siècle sur une île de la Loire, ne cessant d’évoluer pendant un millénaire. Pierre de Ronsard, poète de la Renaissance, le reçut en cadeau pour ses bons offices auprès du roi. C’est à cet endroit qu’il finit ses jours.

Plusieurs bâtiments et jardins composent le Prieuré, évoquant l’histoire religieuse du lieu. Néanmoins, la maison de Ronsard rappelle la présence du grand écrivain. Malgré les destructions liées aux bombardements de la seconde guerre mondiale, les visiteurs parcourent le lieu avec plaisir.

Le Prieuré Ronsard propose différentes activités selon l’âge des enfants, dès 3 ans :

  • une visite sensorielle La maison de Ronsard dans tous les sens ! ” permet à toute la famille dès 3 ans de découvrir la vie quotidienne du poète,
  • des ateliers jeuxLe Prieuré sort le grand jeu ! ” invite les enfants dès 6 ans à s’initier aux jeux du XVIè siècle,
  • une visite en famille “Le parcours du petit Pierre “, propose un parcours plus littéraire, pour les enfants de 8 à 12 ans accompagnés de leurs parents.

Nous avons visité le Prieuré Saint Cosme grâce au jeu de piste “Plume où es-tu ?. Munis d’une sacoche à bandoulière contenant plusieurs outils et indices, les enfants partent à la découverte du Prieuré. Ils parcourent dans un premier temps les pièces d’exposition d’objets retrouvés dans ce lieu millénaire.

Ces salles proposent différents dispositifs numériques tactiles aidant à comprendre l’histoire du Prieuré ainsi que des outils plus ludiques à manipuler.

Pour résoudre l’énigme du jeu de piste, les enfants disposent d’un carnet pour les guider. Ils suivent un parcours bien précis en répondant à des questions.

Cette quête est particulièrement motivante et intéressante. Chaque étape est l’occasion de découvrir une nouvelle partie du Prieuré et de sa fonction historique : le potager, le verger, le réfectoire….

Le jeu de piste ne se limite pas à la simple résolution d’énigmes. En effet, les jeunes visiteurs doivent chercher des boîtes, ouvrir des flacons, sentir et reconnaître des herbes.

Sans s’en rendre compte, les visiteurs parviennent à la fin de la visite. Le jeu de piste a joué son rôle de découverte ludique … et une surprise est réservée aux enfants !

Le Prieuré Saint Cosme se visite de manière très agréable en famille : dans ce lieu chargé d’histoire et de poésie, les enfants s’initient à la vie monastique et découvrent le grand poète de la Renaissance.

Le Prieuré Saint Cosme est un “Musée Joyeux”!

 

 

 

 

Informations pratiques :

Rue Ronsard, 37520 La Riche

Tél : 33 (0)2 47 37 32 70

2 janvier – 31 mars : 10 h – 12 h 30 / 14 h – 17 h (fermé le mardi)

1er avril – 31 mai : 10 h – 18 h

1er juin – 31 août : 10 h – 19 h

1er septembre – 31 octobre : 10 h – 18 h

1er novembre – 31 décembre : 10 h – 12 h 30 / 14 h – 17 h (fermé le mardi)

Fermeture le 25 décembre et le 1er janvier

Plein tarif : 6 € / Tarif réduit∗ : 5 € (étudiant, enfant de 7 à 18 ans, famille nombreuse, pers. handicapée, accompagnateur pers. handicapée, enseignant en activité)

Gratuit∗ : –  7 ans

Tarif groupe (à partir de 15 personnes) : 5 €

J’ai vu un éléphant qui a croisé Napoléon au muséum de Bourges !

Le Muséum de Bourges est un musée jeune et familial, pas encore centenaire, conçu comme un musée ludique où les familles accèdent à différents espaces répartis sur plus de 3 200m².

Depuis les confins de l’univers, cheminez dans l’espace en direction de notre galaxie pour arriver sur notre planète. Remontez ensuite le temps.

Quelques pas dans l’obscurité et déjà vous sentez le poids des regards curieux, interrogatifs de nos ancêtres…Qui sommes-nous ? D’où venons-nous ? Prenez conscience de votre corps, de son évolution.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voyagez dans des contrées lointaines, grâce aux collections qui témoignent de la biodiversité, de la sélection naturelle et des adaptations à l’environnement et aux climats planétaires.

Découvrez Hans, le plus vieil éléphant naturalisé, qui a croisé de son vivant Napoléon, ou encore les bisons polonais donnés en cadeau à Valéry Giscard d’Estaing lorsqu’il était Président de la République.

Si vous voulez découvrir les chiroptères, le Muséum de Bourges est le lieu de référence nationale où il faut venir. Bourges en a fait sa spécialité et propose une découverte ludique du monde fascinant des chauves-souris.

Enfin apprenez à observer et découvrez la classification du vivant (phylogénie) où chaque organisme a suivi sa propre évolution. Pièces de collections, squelettes ou animaux vivants vous donnent les clés pour mieux nommer, reconnaître et apprécier la faune sauvage qui vous entoure.

Surveillez le site internet et les réseaux sociaux du Muséum de Bourges, la programmation est riche !

Informations pratiques :

Muséum d’histoire naturelle de Bourges

Les rives d’Auron

Allée René Ménard, 18000 Bourges

Tel +33 (0)2-48-65-37-34

Ouvert tous les jours de 14h à 18h. Pendant les vacances scolaires (zone B), ouvert également de 10h à 12h du lundi au vendredi.

Tarif : 4,20 euros (hors Bourges 4,60), gratuit pour les moins de 6 ans.

Le Muséum de Bourges est un Muséum Joyeux !

 

Le musée du Hiéron : un sacré musée en famille

Le musée du Hiéron propose une exploration familiale pleine de découvertes et de jeux  de sa riche collection d’art sacré.

 En visite libre, parents et enfants partent à la découverte de ce lieu singulier datant du 19e siècle où collections anciennes côtoient art contemporain.

Un parcours avec des vitrines rondes à hauteur d’enfants offre une visite ludique de l’exposition permanente. Les familles peuvent ensuite faire une halte dans les ateliers pédagogiques du musée où une activité créative les attend.

Des livrets-jeux adaptés à chaque âge (de 3 à 13 ans) sont disponibles à l’accueil du musée : les enfants pourront croquer des oeuvres (sur papier!), retrouver les animaux qui jouent à cache-cache dans les peintures et même découvrir des objets oubliés… ou exceptionnels comme le trésor du musée, le Chemin de Vie du célèbre joaillier parisien Joseph Chaumet.

A chaque vacance scolaire, des ateliers créatifs encadrés par une plasticienne sont proposés aux enfants de 6 à 12 ans, en lien avec les collections, les expositions, le musée et son univers. Et chacun repart avec sa création !

Informations pratiques :

13 rue de la Paix – 71600 Paray-le-Monial

Label Tourisme Handicap pour les déficiences motrices, mentales et auditives

03 85 81 79 72

Le musée est ouvert du 17 mars au 7 janvier.

Du mercredi au dimanche de 10h30 à 12h30 et de 14h à 18h

En juillet et en août tous les jours, aux mêmes horaires

Plein tarif : 4€

Tarif réduit : 3,50 € (groupes de plus de 5 personnes, étudiants, familles nombreuses)

Tarif famille : 5 € pour toute la famille !

Gratuité : moins de 18 ans, demandeurs d’emploi, enseignants, minima sociaux, professionnels de la culture et étudiants en art, personnes en situation de handicap

Le Musée du Hiéron est un Musée Joyeux !

Le Musée Granet à Aix en Provence

Institution dans le pays aixois et plus largement en Provence, le Musée Granet est un musée incontournable. Les offres de visites pour le public familial se multiplient.

  • Un cahier de jeux, dense et complet, est proposé dès l’entrée du Musée. Les familles peuvent utiliser ce guide de deux manières. Petit guide de visite si les enfants choisissent de suivre les œuvres présentées, il sert également d’aide-mémoire à la maison.

  • Chaque mois, des visites en famille sont proposées. Elles invitent petits et grands à découvrir les collections permanentes ou l’exposition temporaire.


Les médiatrices, initient les enfants – et les parents – à l’univers des musées : vocabulaire précis (cartel, chevalet ), histoire de l’art (vie de Cézanne, sa formation à l’école de dessin d’Aix au XIXè siècle ), observation des œuvres, intentions de l’artiste… sont autant d’éléments abordés lors de la visite.

Cette volonté de démocratiser l’accès au monde muséal et à ses codes est à saluer. Les médiatrices accompagnent les parents et les enfants dans leur découverte des visites de musées.

  • Le Musée Granet propose des ateliers pour enfants tout au long de l’année. Les enfants de 4-5 ans suivent un “parcours éveil” qui les initie à la découverte du Musée et de ses œuvres. Grâce à l’observation, les enfants ressentent et s’expriment puis créent leur petite production. Cette première découverte est très enrichissante ! Les “Ateliers” sont destinés aux enfants de 6 à 10 ans. Ils débutent par une visite en lien avec le thème proposé puis s’achèvent par une création.

  • Le Musée Granet propose également des visites / ateliers en famille. Se déclinant en deux versions, “L’éveil en famille” et “S’amusée en famille”, ces visites accompagnent les familles dans la découverte du musée et la création d’une production réalisées à 4, 6, 8… mains.

  • “Un autre regard”: manifestation mensuelle, elle associe le Musée Granet et l’IESM – Europe et Méditerranée, Institut d’Enseignement Supérieur de la Musique.

Des créations et des interprétations musicales sont proposées par de futurs professeurs de musique devant des œuvres choisies par eux. Le public suit le parcours musical et découvre les différents espaces du musée pendant une heure trente.

 

Informations pratiques :

Place Saint Jean de Malte, 13100 Aix-en-Provence

Tél: 33 (0)4 42 52 88 32

Ouvert du mardi au dimanche
– Hors période estivale, de 12h à 18h.
– En période estivale (du 26 septembre 2017 au 8 juin 2018), de 10h à 19h.

Tarif plein 5,50 euros, gratuit pour les moins de 18 ans.

 

Parfums de Chine au musée Cernuschi

Une exposition exceptionnelle vient d’ouvrir au musée Cernuschi sur le thème du parfum en Chine, depuis l’Antiquité jusqu’au XIXe siècle.

On admire pour commencer les merveilles de brûle-parfums, de tables à encens et de peintures issus des collections du musée ou prêtés par le musée de Shanghai.

On met ses petits neurones en action avec le livret jeu proposé à l’accueil ou en téléchargement.

Mais surtout, on se ravit avec les expériences olfactives proposées dans l’exposition ! En effet, un parfumeur de la maison Dior a recréé des parfums sur la base des écrits antiques, et on peut humer ces différentes senteurs sur des bornes olfactives. Préparez-vous à être étonnés (je n’en dis pas plus).

Activités : Visite guidée en famille, visite-atelier pour les enfants, initiation à la calligraphie ou parcours dessiné à partir de 15 ans. Consulter l’agenda en ligne pour les dates et les tarifs.

Les plus : parc Monceau à proximité.

Cernus’kids, la newsletter pour les kids (j’ai contribué à sa création, dans une vie précédente… alors bon, abonnez-vous, hein !).

Le moins : Pas de poussettes.

Informations pratiques :

Exposition jusqu’au 26 août 2018.

7 avenue Velazquez, 75008 Paris

Ouvert du mardi au dimanche, de 10h à 18h sans interruption. Fermeture des caisses à 17h30. Pendant toute la durée de l’exposition, nocturne jusqu’à 21 heures le vendredi.

Exposition 9€ (Plein Tarif), 7€ (Tarif réduit). Accès gratuit aux collections permanentes pour tous ! Accès gratuit aux expositions temporaires pour les moins de 18 ans.

Aller au musée avec un enfant de 18 mois

 

Pendant les vacances de février nous sommes allés (re)découvrir le musée de Grenoble en famille. Cela m’a donné l’idée de vous écrire un billet sur les raisons, et les astuces, pour passer un super moment en famille au musée avec un tout-petit.

Pourquoi ?

La réponse vous paraîtra peut-être évidente mais c’est tout simple : passer du temps en famille. Dans nos vies quotidiennes chargées de parents (métro, boulot, petit pot et dodo), nous n’avons pas toujours le temps de nous octroyer des moments de partage avec nos petits bouts. Une petite pose au musée va vous offrir une parenthèse enchantée dont vous garderez, j’espère, un excellent souvenir.

Que faire ?

« Au secours, je suis perdue ! Je ne sais pas quoi faire ! Je n’y connais rien en art médiéval ou en peintres flamands du XVIème siècle ! » Et alors ? Ce n’est pas grave du tout car mon conseil numéro un, c’est de lâcher prise.

La passion de mon fils : les mises à distances… Laissez-vous guider par votre enfant. Il va aller de lui-même vers ce qui l’intéresse. Peut-être que ce sera de déambuler sagement dans les salles, de courir dans les grands espaces ou de s’asseoir dans un fauteuil pour regarder un tableau abstrait que vous trouvez moche… L’important c’est de le laisser maître de ce moment (tout en respectant le fait d’être dans un musée). Mon fils s’est extasié devant de grands tableaux et a beaucoup aimé quelques sculptures représentant des mains ; mais s’il pouvait vous raconter son moment favori, je suis certaine qu’il vous dirait que c’est d’avoir monté cinq fois d’affilée un escalier de quelques marches !

La passion de mon fils : les mises à distances

Si vous avez besoin de pistes de visite pour vous lancer, voici nos deux thèmes de cette visite au musée de Grenoble : les animaux et les grimaces. Avec le thème des animaux, vous êtes sûrs d’intéresser votre enfant. N’ayez pas peur de faire les cris des animaux, les enfants adorent. Mon fils a vu des chiens et des chevaux dans les tableaux du XVI et XVIIème siècle. Il était ravi. Nous avons essayé de trouver des grimaces. Plus difficile mais nous avons réussi ! Si vous préférez l’art contemporain, partez sur les couleurs ou les formes.

Combien de temps ?

Une heure, c’est déjà bien. Vous allez voir que votre petit bout va se dépenser dans le musée. Soyez attentif au moment où il commencera à se fatiguer et à avoir faim/soif/envie de sa tétine (voire les trois en même temps). Alors oui, le musée c’est un peu cher pour un adulte pour y rester si peu de temps mais pourquoi ne pas y aller le premier dimanche du mois, lorsque les musées sont gratuits ?

Acheter un souvenir ?

Oui ! Cela sera une bonne occasion pour reparler de votre visite. Nous avons pris un magnet « chat » à la boutique. Mon fils est encore petit pour choisir mais dès que cela sera possible, c’est lui qui choisira son souvenir.  Le magnet, c’est LE petit cadeau pas cher et pas encombrant idéal. Le notre ira rejoindre notre grande collection sur le frigo (à côté de la chèvre du musée Picasso !).


Piste de lecture pour préparer votre visite

Nous avons acheté il y a quelques mois un petit ensemble de sept livres « Dans mon petit musée » de la Collection Dans ma toute petite bibliothèque proposé par Bayard éditions. Depuis c’est un vrai succès. Mon fils adore leur petit format mais aussi les sujets : les bébés, les animaux, les repas, le dodo ou les grimaces ….

Informations pratiques :

Musée de Grenoble
5, place Lavalette, 38000 GrenobleRésultat de recherche d'images pour "dans ma petite bibliothèque de Bayard"

Téléphone : 04 76 63 44 44

Le musée est ouvert
Tous les jours sauf le mardi, de 10h00 à 18h30

La Villa du Pays d’art et d’histoire des Pyrénées béarnaises

Comme à la maison, la villa du Pays d’art et d’histoire des Pyrénées béarnaises vous accueille pour jouer et découvrir en famille le patrimoine local qui englobe le Piémont oloronais, les vallées d’Ossau, d’Aspe, Barétous et Josbaig…

Grâce à une exposition ludique et interactive qui présente des films, des maquettes, des bandes sonores, des objets à manipuler, la famille découvre le patrimoine du territoire : formation géologique des Pyrénées, faune, flore, gestion des montagnes et du piémont, évolution architecturale et activités économiques.

Un livret-jeux est également disponible à l’accueil du musée pour découvrir l’exposition permanente.

À chaque période de vacances, des ateliers pour les enfants (dès 3 ans) et les familles sur les thématiques du patrimoine (fabrication d’architectures, manipulation de maquettes, kapla), de l’archéologie (initiation à la fouille et au métier de céramologue), et des arts plastiques (land art, peinture, fabrication d’objets en argile).

À proximité, l’environnement immédiat de la Villa est propice à la balade et à la détente :

la médiathèque avec son parvis, son architecture novatrice ouverte sur la nature, les passerelles enjambant les gaves, les tables pour pique-niquer. A 5 minutes, un jardin public ombragé, avec une aire de jeux et un snack feront le bonheur des familles.

Informations pratiques : www.pah.pyreneesbearnaises.fr

La Confluence / Rue de l’Intendant d’Etgny, 64400 OLORON SAINTE-MARIE
Tél.  05 64 19 00 10

Haute saison (juillet-août) : du mardi au dimanche, 10h-12h30 et 14h-19h
Basse saison (de septembre à mai) : du mardi au samedi, 10h-12h30 et 14h-18h

Entrée et visite libre gratuite.

La Villa du Pays d’art et d’histoire des Pyrénées béarnaises est un Musée Joyeux !

Interview de Caroline Rosnet, présidente et fondatrice de Môm’art

Interview réalisée pour le service Patrimoine de la région Île-de-France (publiée le 26/02/2018)
http://patrimoines.iledefrance.fr/evenements/interview-caroline-rosnet-presidente-fondatrice-mom-art

Partenaire de la dernière édition de “Patrimoines en poésie” en créant notamment #Muséopoésie, Môm’art est une association qui a pour but d’aider les musées, les muséums, les sites culturels à améliorer leur accueil et leurs services pour toutes les familles. Découvrez cette structure unique en France.

Pouvez-vous nous présenter brièvement Môm’art ?

La mission de Môm’Art consiste à aider les musées à devenir plus « joyeux » et davantage accueillants, et à la fois à rendre les familles heureuses de découvrir et de jouer ensemble au musée en créant un moment de parentalité riche. Il y a un véritable enjeu culturel et social à reconsidérer la place de la famille au musée. Dans notre société, l’accès à la culture passe principalement par le biais de la sortie scolaire ou périscolaire. Or la médiation qui met la famille au cœur du processus peut être une autre voie de démocratisation culturelle. C’est ce champ que Môm’Art propose d’explorer davantage. Môm’Art fonctionne comme un laboratoire social et collaboratif où les parents échangent des idées tirées de leurs expériences au musée. Ces échanges nourrissent  une pédagogie active – les Muséojeux, et permettent de prototyper des outils simples que les familles peuvent s’approprier par la manipulation et le jeu. L’association propose de faire du musée un terrain de jeux de découvertes et d’épanouissement de la parentalité.

Nos activités sont multiples. Elles sont partagées sur les réseaux sociaux où Môm’Art est très actif, via ses comptes facebook, instagram et twitter sur lesquels sont valorisées les belles expériences de médiations et des projets inspirants. Les musées peuvent y trouver de bonnes idées en tout genre. Aux familles d’y dénicher leur bonheur parmi les différentes offres de sorties. Notre site internet présente un blog participatif où les visiteurs postent les comptes rendus de leurs expériences au musée. Nous alimentons également une rubrique à succès intitulée “Muséojeux et guide de survie au musée pour les enfants et pour les ados” qui fourmillent d’astuces pour aider les parents à organiser leur journée. Enfin, nos bénévoles organisent localement des rencontres “MuséoParenthèses” dans les médiathèques, des maisons de quartiers ou des cafés, qui favorisent les discussions entre parents et un partage des bonnes pratiques pour réussir une sortie au musée. Nous dispensons également des formations et workshops sur les thématiques de l’accueil, de la parentalité au musée, des adolescents au musée.

Vous avez rédigé un guide des « dix droits du petit visiteur ». En quoi cela consiste-t-il ?

Le musée apparaît souvent comme un lieu sacré comportant des interdictions qui peuvent paraître frustrantes pour des enfants et leurs parents. Personne ne nous dit, en revanche ce que l’on peut faire. Aussi nous avons écrit : “les dix droits du petit visiteur” pour décomplexer la visite. Chaque musée joyeux rend visible le poster à l’accueil du musée : le droit de visiter à son rythme ; le droit de s’asseoir ; le droit de copier (au moyen d’un dessin ou d’une photo lorsque cela est possible) ; le droit de poser des questions ; le droit de parler de ses impressions ; le droit de ne pas tout regarder ; et, enfin, le droit de s’évader du musée… Grâce à notre guide, ces lieux parfois intimidants deviennent donc des terrains de jeu et d’apprentissage que les enfants peuvent s’approprier de manière vivante et intelligente. Ils deviennent aussi des lieux d’échange inter-générationnel entre les enfants et les parents – ou les grands-parents, en aménageant un ou plusieurs espaces ludo-éducatifs pour pouvoir jouer, apprendre et découvrir ensemble.

Vous incitez les musées à signer une charte des bonnes pratiques au musée. Pourquoi une charte ? Comment vérifiez-vous que celle-ci soit bien appliquée dans les musées ?

Les familles représentent la plus grande partie “des visiteurs individuels”. En proposant notre charte des bonnes pratiques nous voulons appuyer la démarche des musées cherchant à mieux appréhender les besoins des familles. En la signant la charte, le musée devient un « musée joyeux » ! Il s’engage à faire le maximum pour remplir sa mission d’accueil auprès des enfants et des familles en se transformant en lieu hospitalier et ouvert mettant la culture à la portée de tous avec des outils adaptés et disponibles à l’accueil du musée, comme des livrets-jeux, parcours numériques, sacs ou malles d’activités en libre service, du matériel pour jouer et manipuler en autonomie…Des détails pratiques essentiels ne sont pas oubliés non plus : par exemple, les établissements signataires autorisent les poussettes et disposent d’un espace pour faire une pause où se restaurer, voire pique-niquer. Signer la charte, c’est avant tout l’engagement moral de toute la structure culturelle qui décide de rentrer dans une démarche active pour accueillir au mieux les familles. La charte Môm’Art permet de motiver toutes les équipes du musée autour de valeurs communes et de l’importance de leurs missions respectives. Elle permet aussi de s’auto-évaluer et de progresser.

Combien de musées ont signé la charte actuellement ? Avez-vous pu mobiliser les musées franciliens ? 

Depuis 3 ans, près de 80 musées ont signé la charte Môm’Art en France mais aussi en Belgique, en Italie et au Canada. Nous comptons 10 musées franciliens. Le Centre Pompidou, le musée en herbe et le Château de Vaux-le-Vicomte ont été parmi les dix premiers signataires. Ensuite, Archéa, le collège des Bernardins, le Mac Val, la Maison des Arts (92), la Monnaie de Paris, le Musée de l’Homme et le Musée du Quai Branly-Jacques Chirac ont rejoint la liste des musées joyeux. Notons que le MAC VAL a reçu en 2016 le trophée Môm’Art qui récompense le musée qui se distingue par ses actions et services remarquables auprès des familles. Le Centre Pompidou s’est distingué en recevant le prix AdosMuséo durant deux années consécutives pour le Studio 13/16 en 2015 et La Fabrique en 2016.

De quelle façon les institutions sont-elles démarchées par Môm’Art ?

Nous ne démarchons pas directement les musées. La charte et “les 10 droits du petit visiteur” voyagent sur les réseaux sociaux. Ce sont les musées qui nous sollicitent une fois qu’ils en ont eu connaissance. Un grand entretien téléphonique est nécessaire pour faire le point sur la démarche et l’engagement de chaque musée. Les initiatives de notre association, à commencer par la Charte Môm’Art, sont citées en exemple dans le rapport de la mission « Musées du XXIe siècle » (rendu publique en 2017), lequel établit la vocation et les nouveaux enjeux des musées d’aujourd’hui, nationaux comme territoriaux, notamment en matière de diversification des publics. Les travaux de la mission « Musées du XXIe siècle » ont permis d’identifier les principales attentes de notre société vis-à-vis des musées et de dessiner « 15 mesures pour le musée de demain ».

Comment financez-vous vos actions ?

Notre association (loi 1901) fonctionne pour une part grâce aux cotisations de ses membres actifs. La signature de la charte est gratuite, mais nous demandons une participation de 50 euros pour les frais de dossier. Nous souhaiterions recevoir des subventions du Ministère de la Culture et du Ministère des Solidarités et de la Santé pour développer notre mission sociale et culturelle notamment pour mener des actions pour l’inclusion des familles éloignées de la culture. Le mécénat pourrait être une autre option pour développer nos actions.

Quels sont les moyens employés pour vous faire connaître ? Comment sensibilisez-vous les acteurs et les familles sur le territoire ?

Nous disposons de peu de moyens pour communiquer sur notre association et sur nos actions. En tant que bénévoles, nous donnons de notre temps comme nous le pouvons. Aussi nous essayons d’optimiser un maximum la communication sur les réseaux sociaux pour à la fois valoriser les belles initiatives des musées mais aussi donner envie aux familles de vivre de belles expériences au musée. Les réseaux sociaux nous permettent de toucher des familles de toutes les catégories sociales. Le partenariat mis en place avec la Région Île-de-France  dans le cadre du concours “Patrimoines en poésie” est aussi une opportunité de valoriser une belle initiative culturelle. Nous postons chaque mardi [Mardi, c’est poésie], sur notre page Facebook Môm’Art, le poème d’un petit lauréat. C’est une occasion de proposer de la #Muséopoésie  sur les réseaux sociaux.

Quels projets souhaitez-vous développer au sein de Môm’Art à l’avenir ?

Du côté des familles, nous souhaitons continuer à développer notre réseau de familles “Muséotesteuses” en tissant un maillage social fin au niveau local, avec les médiathèques, les maisons de quartier et les groupes de paroles de mamans sur les réseaux sociaux. Nous poursuivons notre diffusion la plus largement possible des Muséojeux dont la pédagogie repose sur des jeux simples que l’on peut faire au musée ou au muséum en famille sans aucun pré-requis en histoire de l’art ou en sciences. Chaque jeu correspond à un défi à réaliser ensemble. L’originalité des Muséojeux est qu’ils peuvent être mis en place dans n’importe quel musée de Beaux-Arts, d’art et d’histoire ou de muséum. Ces activités ludiques favorisent le partage, les échanges, les rires et beaucoup de connivence entre les membres de la famille au musée. Pour toucher un maximum de personnes sur les réseaux sociaux, nous avons pour projet réaliser des clips sur chaque muséojeux afin de montrer comment c’est simple de s’amuser et de donner envie au grand public d’aller au musée en famille.
#MuséoMime : mimez une sculpture ou l’expression d’un visage
#MuséoTitre : inventez de nouveaux titres
#MuséoZoo : avec les petits, visitez le musée en mode safari
#MuséoStory : racontez l’histoire d’œuvre à une personne ayant les yeux bandées
#MuséoBD : inventez les dialogues dans les tableaux
#MuséoSong : associez une chanson à une œuvre
#MuséoTicket : retrouvez l’œuvre imprimée sur votre ticket
#MuséoDétail : retrouvez dans quelle œuvre se trouve un détail
#MuséoDessin : à vos crayons
#MuséoPostale : écrivez une carte postale à un proche comme si vous voyagiez à l’intérieur du tableau

Du côté des institutions, il y a une formidable dynamique autour de la charte et des “dix droits du petit visiteur” à l’échelle de l’Europe. Nombre de musées européens aimeraient rentrer dans la ronde des musées joyeux. Nous devrions pouvoir nous structurer pour répondre à cette demande, traduire nos outils et trouver des relais dans chaque pays. Les musées qui ont signé la charte accordent une part importante à l’accueil, la transmission et la médiation. Ce sont des structures diverses qui n’ont pas toutes les moyens humains ou financiers de développer toutes seules des projets. Nous voudrions proposer des formations et des workshops autour de problématiques communes qui permettraient de mutualiser les bonnes pratiques et les bons outils.

Le mot de la fin

C’est en observant un sourire sur le visage d’un enfant qu’on mesure la grandeur d’un musée. C’est notre devise.